Il y a 50 ans, j'avais 25 ans...

1957-1958

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hugues nous a quitté pour s'en aller là haut, bien plus haut qu'il ne le faisait aux commandes de son piper, en survolant notre progression dans les méandres des Aurès.

Nous avions fait connaissance par internet, cette technologie nouelle, qui permet bien des retroubailles. Depuis quelques années, nous avions tissé des relations d'amitié en forment un petit groupe d'anciens ayant effectués notre service militaire dans les Aurès. Bien que nous appartenions à des régiments différents, nous  avions pris l'habitude de communiquer entre nous, d'échanger nos souvenirs, et même, parfois de nous rencontrer.

Mon cher Hugues, si tu nous vois de là haut, continue de suivre l'évolution de notre petit groupe, et sache, que pour nous rien ne changera grâce à tes photos sur mon site, tu seras toujours présent parmi nous.

-_-_-_-_-_-_-_-

 

En février 2008, après m'avoir acheté mon livre, Hugues m'adressait ses souvenirs.

 

Les photos  suivantes et commentaires sont de Hugues BOUVARD

Observateur-pilote sur Piper à l'A.L.A.T. (Aviation Légère de l'Armée de Terre). son parcours le conduisit dans les Aurès Némenchas, où il participa aux diverses activités de l'armée de l'air dans ce secteur, notamment le guidage de nos troupes au sol en cours d'opérations.

Le vrombissement du moteur d'un Piper nous mettait en alerte, et me reste toujours en mémoire. Dès son apparition dans notre secteur, nos yeux se rivaient sur ses  inlassables allées et venues au dessus des montagnes que nous  encerclions. Lorsqu'il larguait un fumigène non loin de nous, nous signalant la présence des Fells, un grand moment de tension s'emparait de nous. En liaison radio avec lui, nous marchions en silence guidés par ce Piper vers l'accrochage imminent..

 

Hugues Bouvard à Batna avant un départ de mission.

Hugues  BOUVARD

Il était une fois dans les Aurès, ou ailleurs...

Alain Ribon et Hugues Boubard, votre serviteur sortirent Aspis de l'Ecole d'Artillerie de Chalons sur Marne fin décembre 1956 et purent par leur classement choisir à l'amphi Garnison, comme affectation. le GAOA 3 de Sétif.

Nous voilà le 7 janvier 1957, sur le quai de la gare de Sétif, accueillis par le Bricard-chef ROBERT.

A Sétif nous faisions nos classes d'Observateurs, puis notre stage CPAP de Pilotes (nous étions brevetés 1er et 2ème degré Avions, dans le civil !), et ainsi nous nous trouvions prêts pour la bataille. Alain est muté au détachement de BATNA, (Auèrs-Némenchas), détachement qui a déjà une très certaine notoriété dans le métier ! Pour ma part, j'ai quelques difficultés avec le Capitaine DURAND, commandant l'Escadrille de Sétif qui souhaitait bien me garder. Tout s'arrange avec un peu de chantage... (pardonnez-moi mon Capitaine), et finalement je rejoins et Ribon et BATNA le 06 juin le Bricard-Chef ROBERT, futur pilote de 747 dans le civil, m'y conduisit avec armes et bagages. Une U.S. M1, un colt 45 et une valise...

Durant mon temps à Sétif, une fois terminés les périodes de formation, j'eus l'occasion de faire quelques missions opérationnelles sur la Région de Sétif, la Kabylie... J'eus l'occasion, en particuliers, de me faire tirer dessus !!! Et aussi malheureusement de faire une bien triste Mission Photo ! Je fus un jour, je n'ai plus la date exacte, commandé comme "photographe" dans la commission d'enquête Armée de l'Air, qui se rendit en Hélico Sikorski, sur le lieu d'un "Parpaing" de la Kabylie. Il y avait du monde dans cet Hélico, posé sans problème. J'étais muni d'une caméra K 20 ou 24, je ne sais plus, le spectacle était HORRIBLE. Il s'agissait de 2 P 47 de Télergma qui avaient percuté la montagne Kabyle. En fait il y avaient eu 3 P 47en basse altitude, pris par les très bas nuages, ont rentrés droit dans la montagne sauf que, l'un des trois était passé au dessus de la couche, sauvant ainsi sa peau ! Je pris les photos demandées, les appareils et les restes des 2 Pilotes étaient éparpillés sur la pente, ce fut, je le répéte, horrible. Je fis mon travail !

Pour repartir, nous étions en altitude et trop nombreux pour la charge tolérée de ce niveau. Problème ? Résolu par les pilotes, ils se rapprochèrent à vide, de la limite de la corniche, nous montâmes, puis à pleine puissance de son moteur l'hélico se leva un peu et, et... plongea pour reprendre son vol normal. OUF!!! Je ne me rappelle pas du nom de l'Equipage, mais BRAVO !

Départ de mission : Le S/Lt Hugues Bouvard

Commençons par bien définir ce qu'étaient les missions d'un Équipage"Piper".

-1) Accompagnement de troupes sur une Opération programmée.

Le matin du jour Ops. si nous n'avions pas reçu les ordres la veille, nous rendre à la vertical du P.C.Opérationnel et prendre les ordres c.a.d. la disposition par exemple des différentes Unités, leur indicatif Radio, leurs missions, puis les reconnaître sur leurs positions de départ ou leurs encours actuels. Puis commencer les reconnaissances de la zone en basse altitude. là les 2 paires d'yeux de l' équipage sont très utile, c'est la force primordiale d'un équipage.

-2) Accompagnement de convois.

Missions qui peuvent paraître lassantes et fort peu rentables, mais qui se révélèrent quelquefois très utiles !

Il s'agit de surveiller la route que va prendre le convoi, pour relever les anomalies du terrain, anomalies qui peuvent être faites par la pose d'explosifs, puis fouiller les alentours de la route dans la recherche d'embuscades possibles. Si nécessaire faire appel à des moyens Air, chasse pour "nettoyer" un lieu, puis héliportage d'un élément ou "straffing" d'un endroit, ouvert au feu, ('il est bon de le savoir, cela peut éviter de fâcheuses méprises !). Souvent nous profitions de la mission pour larguer "le courrier" au passage, sur différents postes isolés, souvent a lagrande joie des intéressés ! etc..

-3) Les R.A.V.

Il s'agit là, sur odre de fouiller une zone pour y relever des mouvements anormaux de population, des traces de campements de groupes passagers, enfin d'essayer de trouver toutes anomalies justifiables dans un délai plus ou moins grand d'une opération. Cela se passe en "rase motte" ou tout au moins à l'altitude la plus basse permise par la topographie du terrain reconnu ! Là aussi nous larguions des courriers.

-4) Les liaisons

Là il s'agit de conduire un passager sur tel ou tel endroit. Nous devenons des "Pilotes de ligne" Cela fait des heures de vols pour le Pilote désigné !

En cours d'opération, le Piper est en contact Radio en permanence avec les troupes au sol.

T 6 Escadrille de Batna : "Les Marquis chasseurs"

Sous les T 6 Les mécanos arment les roquettes et SNEBS.

os indicMistral de Télergma : A court de "pétrole" se ravitaille à BATNA.

Le détachement de Batna est commandé par le lieutenant De Baillenx, ancien de la Légion. C'est lui qui me pilote sur ma première mission opérationnelle le 8 juin 1957, sur le Kef Chelala. Ce jour là je prends mon indicatif Radio, indicatif qui me suivra jusqu'à la fin de ma période Algérienne, "Piper Tango" Pilotes et observateurs, à Batna, nous avions tous n

atif personnel.

Préparation de défilé le 11 nvembre 1957

La Préfecture de BATNA

Beau temps pour un défilé

En attente de passage en basse altitude, nous écartons la formation.

La vie à BATNA n'était pas de tout repos. Dès la deuxième opération, toujours piloté par De BAILLENX, je fais une connaissance plus précise avec nos ennemis : 2 impacts. C'était sur le Ras el Kerf, dans la région de kenchela. Résultat : 13 Rebelles au tapis et 13 armes récupérées, le 13 juin 57. Les opérations étaient nombreuses et variées, souvent dures et violentes. De beaux tableaux, mais aussi de la casse chez-nous. Heureusement nous avions de très bons pilotes, et les troupes au sol, étaient bien commandées et rodées à ce genre de combats et de terrain.

Le terrain de Batna : Ma Mère !! Si tu voyais ton fils !!!

 

BATNA base aérienne des Aurès-Némenchas.

Le pauvre Alain, le jour ou nous allions arroser nos galons de sous-Lieutenant, a eu son appareil fortement touché (sept impacts!!!) sur une opération où il y avait déjà un T 6 abattu, crashé!!! Le C.R. des blessures de Ribon fut établi par le Lt Mazier qui commandait alors provisoirement le détachement. Ribon fut d'abord hospitalisé à BATNA, puis évacué sur PARIS Val de Grâce. Nous nous revimes en 1960 à un rassemblement ALAT à DAX, où des mains du Commandant MERGAULT, il reçut une légion d'Honneur tardive mais bien méritée. Le Commandant me fit aussi l'honneur de me remettre la valeur Militaire pour ma 2ème citation. Alain est maintenant disparu !!!

J'ai quitté les Aurès-Némenchas, le P.A. 21.D.I. BATNA et tous mes camarades,anciens du GAOA 3 et nouveaux du P.A. 21.D.I. le 3 janvier avec beaucoup de regrets.. Au revoir Lelandais, Debraux, Koch, Tomathis, Bonnetau, Néolas, Laporte, Darriet, Miélot, etc.. que les oubliés me pardonnent. C'était il y a 50 ans ! déjà. Je fus libéré et retrouvais la France continentale que je n'avais pas vu depuis 15 mois.

En résumé qu'ais-je fait durant un peu plus de 15 mois en Algérie : 3 mois de formation Observateur, certification Pilote et mise sur opération à Sétif, Kabylie,  puis 12 mois en opérations Aurès, Bechar, Hassi-Méssaoud, Guelma Est algérien, Mais surtout "Mon Devoir".Appelé et maintenu par des Ministres Socialistes, ceci pour la petite histoire ! et cela pour la gloire... et pour des prunes d'ailleurs ! Comme dans toutes les guerres n'est-ce pas ! 703 heures de vols militaires sur l'Algérie, valeur Militaire 2 citations, plusieurs trous sur différents Avions, dans différentes missions opérationnelles, mais rien sur moi, par chance !

 

Vous pouvez poursuivre votre information sur l'A.L.A.T.; avec les récits de Pierre Bernier appelé du contingent,

sur son site :http://www.algerie-riche.com

 

Bernard Soetemondt

Bernard vient de nous quitter brutalement pour aller retrouver les anciens des Aurès qu'il connaissait, et qui l'avaient devancés Nous avions fait connaissance par internet sans avoir eu la chance de nous rencontrer. Bien que nous habitions pas loin l'un de l'autre, les problèmes de santé liés à l'âge ne nous l'avaient pas permis. Il m'avait acheté mon livre, et depuis nous correspondions de temps à autre, hormis, les courriels contenant de bonnes histoires que Bernard aimait faire suivre à ses amis, et que je recevais régulièrement. Il avait été affecté quatre années après ma démobilisation dans le même secteur que moi où nous avions eu quelques postes en commun.

Grâce à tes photos sur mon site, sache Bernard que tu seras toujours parmi tes amis anciens du 94ème RI, et qu'ils ne t'oublieront pas.

  CL 61/1B incorporé le 3 mars 1961 à Reims au 1er BCP caserne Jeanne d'Arc, affecté au 94e RI dans les Aurès de 1961 à octobre 1962, recherche également ses camarades de régiment.

Voici ses photos :

 

La pause , 10mn toutes les 50mn, on apprécie...

Un dimanche à Batna, corvée de PM, 3 visites au bordel !

La Boule à zéro, motif : n'a pas voulu faire de gym en short par -10°

Bou Lhermane, devant la tonne à eau, nous n'avions pas l'eau courante

Batna, à la Ciba un moment de détente, déguisé en Mexicain

Arc de triomphe romain à Markouna, à quelques kms de Batna.

Le Poste de Bou Lhermane sous la neige janvier 1962

"Lt Trou" ! (Les punis y dormaient) janvier 1962

Les Bananes, on se prépare pour l'héliportage : après le bateau, le fusil, le crapahut,les rations, le baptême de l'air.

C'est beau l'Algérie vue du ciel, on va se poser là où il y a le fumigène. Les fels ne sont pas fous, ils tirent sur la prote de sortie.

Les Copains : Jedric, Cherdo, Jesney (séminariste perdu de vue), moi

Une mechta à Taouzient

Mon copain cherdo qui fait le beau, a eu un fils récemment, il marche à présent, mais ne l'a pas encore vu, si ce n'est qu'en photo.

Là, c'est moi, bon !

Mur d'enceinte et tour de guet à Bou Hamama, pendant le P2 (pour être sergent)

Les Copains : de gauche à droite Jesney (séminariste perdu de vue),Cherdo, moi  et  Jedric

Le Mamouth et son canon de 20MM en protection

Un grenade OF qui explose dans un oued

On peut même monter à cheval

Les Foum, si je me souviens, ce sont les Foum Ktiba

 

C'est moi, un jour dans les Aurès !

Dans le Beni Meloul. Le sac est lourd, les pataugas usés,

Mais on y va !

Au retour d'opération, on fait la lessive avec mon pote Cherdo le breton, avec qui je suis toujours en contact

En route pour Babar : Quelquepart dans les Nemencha.

Le Piper d'observation; de là haut il voit mieux que nous les rampants.

Lever du jour sur les Nemencha, les nuages collent aux sommets c'est beau !

Et c'est reparti, on sait qu'on part.Va t'on revenir ?

Le chef de la Harka 8 et son épouse. Ils ont été massacrés après notre départ de Bou Lerhmane

Le chef Kheifi, récemment décoré par l'armée française pour bons et loyaux services et assassiné pour les-mêmes raisons.

Le poste du col de Fredj, c'est là qu'on allait quand on était punis. 7 gus perdus dans la nature à des Kms de toute présence humaine, seulo contact : La radio. Quand il y avait panne, je ne vous dis pas ! On avait la peur au ventre.

Le col de Fredj. Au fond le Kef Sidi Ader 1347m au pied du quel était notre poste de Bou Lerhmane.

Contrôle de routine par le chef De Milleville (de Chéreng) perdu de vue. Le radio est un ancien fel rallié.

En opération, je suis sergent : J'ai une paire de jumelles

Toutes le 50mn on se laisse tomber sur place, après de nombreux kilomètres parcourus dans le djebel.

Après son récit en images, où il a rassemblé ses souvenirs, je souhaite à Bernard de retrouver encore, après toutes ces années, quelques camarades.

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-

-_-_-_-_-_-_-_-

-_-_-_-

-_-

Retour haut de page                                                                                                                           Page 13  

 

<a href="http://www.compteurdevisite.com" target="_Blank" title="compteur pour site">compteur pour site</a><br/>
<script type="text/javascript" src="http://counter10.fcs.ovh/private/countertab.js?c=93b24a70371da60db25e5a8b4d34a450"></script>
<noscript><a href="http://www.compteurdevisite.com" title="compteur pour site"><img src="http://counter10.fcs.ovh/private/compteurdevisite.php?c=93b24a70371da60db25e5a8b4d34a450" border="0" title="compteur pour site" alt="compteur pour site"></a>
</noscript>

<script>
(function(i,s,o,g,r,a,m){i['GoogleAnalyticsObject']=r;i[r]=i[r]||function(){
(i[r].q=i[r].q||[]).push(arguments)},i[r].l=1*new Date();a=s.createElement(o),
m=s.getElementsByTagName(o)[0];a.async=1;a.src=g;m.parentNode.insertBefore(a,m)
})(window,document,'script','https://www.google-analytics.com/analytics.js','ga');

ga('create', 'UA-78247514-1', 'auto');
ga('send', 'pageview');

</script>